Suscinio

FESTIVAL de SUSCINIO


1992 : Bretagne - Terre de Légendes
«LES SAINTS GUERISSEURS»
par Per-Jakez HELIAS, Jean MARKALE, Yvon MAUFFRET et Christine ROHAN

(...) Jean Markale a su entretenir le suspense en faisant judicieusement alterner le verbe et la musique, et les ondes Martenot, par l'infinité des sons qu'elles transmettent, ont admirablement accompagné cette soirée en diffusant une musique qui semblait venir des astres les plus lointains et relier l'homme au cosmos.

A l'issue du spectacle, le public s'est précipité vers le scène pour s'entretenir avec les conteurs et la musicienne, dont l'instrument a suscité de multiples questions. (...)

(in Ouest-France - 12 août 1992)



1993 : Des voix et des musiques
«LE MYSTERE DES CITES ENGLOUTIES»
par Per-Jakez HELIAS, Jean MARKALE et Christine ROHAN


12 ème festival de Suscinio
6-14 août 1993
Les légendes ont la vie dure

Vendredi 13 août, c'est par une belle soirée estivale que s'est tenu l'avant-dernier spectacle du 12ème festival de Suscinio. Et comme l'an dernier, sur le thème des saints guérisseurs, Pierre-Jakez Hélias et Jean Markale, accompagnés par la jeune musicienne Christine Rohan aux ondes Martenot, ont attiré un public important estimé à 400 personnes. Cette année, les deux célèbres bardes, qui sont aussi de fameux conteurs, ont tenté de faire revivre le mystère des cités englouties.

Aussi différents par le physique que par le style, les deux hommes se complètent admirablement. Né en 1914 à Pouldreuzic, dans le Finistère, de parents ouvriers agricoles qui ne parlaient que le breton armoricain, Pierre-Jakez Hélias a baigné, dès sa plus tendre enfance, «à la frontière de 2 mondes qui peuvent se confondre» grâce à son grand-père «Jean des Merveilles», qui l'a initié aux contes et légendes du Pays bigouden.

Plus jeune, grand, mince et tout de noir vêtu, Jean Markale est un poète-philosophe qui tente d'expliquer le monde de la spiritualité. «Les cités englouties appartiennent à la mémoire ancestrale, en dessous du seuil de la conscience. Elles ont été mises à l'honneur par les Celtes qui, ayant horreur de la mer, ne sont venus s'installer en sa proximité que parce qu'ils y ont été poussés par d'autres. Les Celtes sont des fous qui lancent des javelots dans les flots, car ils ont un contentieux avec Armor, l'océan terrifiant».

Parmi les légendes des cités englouties, celle de la ville d'Ys est la plus célèbre. Pierre-Jakez Hélias en a raconté la version inscrite sur un parchemin précieusement conservé dans une armoire de ses parents, et qu'il détient toujours. C'est l'histoire du roi Gralon, de sa fille Ahes (ou encore Dahud ou Morgane), figure de pécheresse, mais surtout incarnation de l'ancienne déesse celtique des eaux et de Saint-Gwenolé. Lorsque le saint et le roi, après avoir échappé d'extrême justesse à l'engloutissement d'Ys, ont retrouvé la terre ferme... C'était précisément dans son village du Finistère. Après avoir rappelé que la ville d'Ys était partout, en chacun de nous, Jean Markale a raconté une version irlandaise de cette légende universelle.

Pierre-Jakez Hélias a également évoqué un autre grand lieu de l'oubli : la forêt de Sissy avec ses superbes filles, «les belles peaux», et le passage d'un chef de guerre nommé Gargantua.

Per-Jakez HELIAS, Christine ROHAN, Jean MARKALE et Danièle AURAY

Subjugué par ces histoires merveilleuses, le public a longuement applaudi les conteurs à la fin du spectacle.


(sic in Ouest-France - 16 août 1993)

1994 :
«SORTILEGES & SORCIERS»
par Per-Jakez HELIAS, Jean MARKALE, Christine ROHAN

1995 :
«Harpe & Ondes MARTENOT»
Christine ROHAN


1996 :
«Animations»
par Christine ROHAN